Collectif 24 avec l’appui d’Internews, les professionnels des médias s’imprègnent des notions sur l’accès à l’information publique

Collectif 24 avec l’appui d’Internews, les professionnels des médias s’imprègnent des notions sur l’accès à l’information publique

- L’accès à l’information publique est le droit de toutes les personnes physiques et morales de rechercher, d’accéder et de recevoir des informations des organismes publics et privés exerçant une fonction publique et le devoir de l’Etat de fournir de telles informations. Les professionnels des médias ont été conviés à un café de presse sur « l’accès à l’information publique : contenu-champs d’application-Etat de mise en œuvre » au cours d’un échange organisé, le 17 décembre 2019 à Béthanie dans la commune de la Gombe par Internews en collaboration avec l’Usaid et Fih360. Ces échanges entre dans le cadre du projet de l’Usaid pour le renforcement du secteur des médias avec comme objectif promouvoir les médias plus actifs et plus ouverts contribuant à la consolidation d’institution plus transparentes et efficaces dans leurs réponses aux besoins par les citoyens de la République Démocratique du Congo. L’accès à l’information publique est le droit de toutes les personnes physiques et morales de rechercher, d’accéder et de recevoir des informations des organismes publics et privés exerçant une fonction publique et le devoir de l’Etat de fournir de telles informations. Plusieurs panelistes ont exposés sur le droit d’accès à l’information entre autres, le député national, Juvenal Mulobo, un juriste, et un expert d’Internews. Le député Juvenal Mulobo a loué l’initiative de cette activité, il était question de réfléchir avec les professionnels des médias avec les politiques et la société civile pour discuter autour du droit d’accès à l’information. Il faudrait compléter la constitution sur le droit d’accès à l’information. Il faudrait constituer un groupe informel pour réfléchir afin d’introduire un nouveau texte au niveau du parlement sur l’accès à l’information afin de doter le pays sur l’accès au droit à l’information et après il faudrait aussi à la longue réfléchir sur la liberté de la presse. Donc je sors de ce café presse avec de très bonne impression et voir ensemble comment on peut y réfléchir avec les autres députés. Pour le juriste, le journaliste a le droit d’espérer une vie meilleure mais il appartient à lui de faire un effort il faudrait qu’il s’implique sur les initiatives en cours en terme de réforme, il faudrait lui rappeler qu’il a le droit à l’accès à l’information, il est question de renforcer la qualité de son travail en lui rappelant qu’il a le droit à l’accès à l’information tel que le prévoit l’article 24 de la constitution et qu’il doit plutôt se battre pour que ce droit qui n’est pas seulement échu à lui mais soit aussi effective pour l’ensemble des citoyens en cela que l’information toute diversifié et plural est au centre de la gouvernance démocratique aujourd’hui. Car il n’est pas possible que dans un système caractérisé par l’opacité, on puisse parler de gouvernance démocratique parce qu’en ce moment-là c’est la culture qui se crée et le manque de transparence de redevabilité à tout le niveau. Parler du droit d’accès à l’information, c’est promouvoir la démocratie, c’est promouvoir la gouvernance démocratique c‘est surtout promouvoir la transparence et la redevabilité de toutes les autorités quel que soit l’espace d’échelle de pouvoir qu’elles occupent.  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *


*